HD négocie un accord de paix historique sur les réseaux sociaux dans le centre du Nigeria

JOS, NIGERIA – 19 JUILLET 2021 – Dans le cadre de ses efforts croissants pour limiter l’utilisation hostile des réseaux sociaux dans les zones de conflit à travers le monde, le Centre pour la dialogue humanitaire (HD) a négocié un accord historique entre trois communautés du centre du Nigeria afin de lutter contre la désinformation, les propos haineux et les images de violence en ligne.

L’accord de paix sur les réseaux sociaux – signé le 19 juillet par des représentants de la jeunesse des groupes ethniques Bache, Peulh et Irigwe dans la zone d’administration locale Bassa de l’État du Plateau – engage les délégués à prendre des mesures concrètes dans le but de réduire les comportements agressifs en ligne et de servir d’ambassadeurs pour promouvoir une meilleure conduite sur internet, la coexistence pacifique et la tolérance entre les trois communautés. 

« Les réseaux sociaux sont devenus une arme puissante et corrosive dans de nombreux conflits mais, jusqu’à présent, la plupart des accords de paix se sont concentrés sur la fin des violences physiques sans couvrir les agressions ou la manipulation de l’information dans le monde numérique », a déclaré David Harland, directeur exécutif de HD. « Cet accord innovant est une étape importante dans la réduction des dommages créés en ligne et la réduction des tensions à Bassa et ailleurs au Nigeria. Cela servira également de modèle pour des accords similaires dans d’autres parties du monde. »

Le travail de médiation et de rétablissement de la paix de HD dans diverses régions du Nigeria, qui est la plus grande économie et le pays le plus peuplé d’Afrique, comprend des accords intercommunaux majeurs signés en 2014, 2015 et 2016.

Cet accord sur les réseaux sociaux a suivi trois mois de dialogue entre 36 jeunes représentants des groupes Bache, Peulh et Irigwe à Bassa. Le projet s’est appuyé sur l’expérience et l’expertise des équipes au Nigéria et des opérations régionales de l’Afrique anglophone de HD, ainsi que le programme mondial de lutte contre le conflit digital. Ce dialogue a été dirigé par HD et soutenu par un financement de l’Union européenne.

« La réalité est que les jeunes sont en première ligne pour perpétuer les conflits violents, qu’ils soient physiques ou virtuels », a déclaré Joseph Lengmang, directeur général de l’Agence de consolidation de la paix du gouvernement de l’État du Plateau, lors de la cérémonie de signature à Jos. « Le fait qu’ils soient présents aujourd’hui souligne quelque chose de très, très important – qu’il y a un engagement, une détermination et une résolution à se transformer en ambassadeurs de la paix. »

Dans le cadre du processus de dialogue, les représentants ont sensibilisé leurs communautés au rôle des réseaux aociaux sociaux dans les conflits, créé un groupe qui a identifié les risques d’utilisation abusive des réseaux sociaux à Bassa et développé des engagements pour encourager les jeunes utilisateurs des réseaux sociaux à promouvoir la paix auprès de d’autres personnes dans la région.

« Ces communautés ont souffert de la diffusion en ligne de rumeurs et de la désinformation, de propos désobligeants les uns envers les autres et d’images de violences qui ont enflammé les tensions déjà existantes », a déclaré Zigwai Ayuba, conseillère nationale de HD Nigeria. « En travaillant ensemble sur un accord étendu qui reflète leurs réalités, ils se dirigent vers un avenir meilleur et plus pacifique. »

Lors de la cérémonie à Jos, les signataires ont partagé leur optimisme quant à une plus grande tolérance entre les trois communautés.

« C’est un pas en avant pour nos communautés », a déclaré Rebecca Ughili de la délégation Bache. « Ce que nous avons signé ici aujourd’hui ne s’arrête pas à un bout de papier. C’est le début d’un engagement. Nous en sommes vraiment heureux. »

« Nous avons pu identifier nos différences, nos problèmes et faire émerger des solutions », a déclaré Aliyu Yusuf de la délégation Peulh. « Nous avons trouvé des accords à propos de solutions particulières que nous allons respecter et nous convenons également que nous allons rendre l’avenir plus radieux pour notre propre génération. »

« L’arrivée de HD et de ce programme a considérablement réduit les contenus violents dans l’espace des réseaux sociaux », a déclaré Haggai Phillip Sorongu de la délégation Irigwe. « Cela nous a également unis en tant que personnes afin de travailler vers la réalisation d’un objectif commun, qui est la paix. »

Le programme de conflit digital de HD fait partie, pour l’organisation indépendante basée en Suisse, des initiatives de diplomatie privée, de médiation et de rétablissement de la paix dans plus de 50 zones de conflit à travers le monde.

 

Photo (de gauche à droite): Aliyu Yusuf de la délégation Peulh, Haggai Phillip Sorongu de la délégation Irigwe et Rebecca Ughili de la délégation Bache.

 

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible et améliorer les performances de notre site.
Pour plus d’informations, merci de consulter nos Mentions Légales.