Médiation agropastorale au Sahel

Tout au long de la bande sahélienne, les conflits d’accès aux ressources naturelles opposant communautés nomades et sédentaires ne cessent de se multiplier le long des routes de transhumance. Si la raréfaction des ressources naturelles due à la pression démographique, à l’instabilité climatique et aux conflits armés en est la cause principale, ces micro-conflits nourrissent l’émergence de conflits intercommunautaires qui alimentent à leur tour les conflits politiques.

Face au risque de militarisation croissante de ces conflits agropastoraux, le Centre pour le dialogue humanitaire (HD) déploie depuis 2015 un mécanisme de médiation entre communautés nomades et sédentaires au profit des États sahéliens pour que soient prévenus et gérés pacifiquement les différends de partage des ressources naturelles et de transhumance. 2000 médiateurs et médiatrices agropastoraux ont ainsi progressivement été formés à la résolution des conflits puis mis en réseaux à travers 129 communes frontalières du Mali, de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Niger et du Tchad. 

Découvrez le quotidien de nos médiateurs agropastoraux :

Présentation du projet: Regarder la vidéo
Témoignages des médiatrices et médiateurs: Burkina FasoMaliMauritanieNiger 1 & 2Tchad
Publication: Lire la publication  

Cette approche a démontré sa pertinence puisque ce réseau de médiateurs a résolu, de manière autonome, 1100 micro conflits d’accès aux ressources naturelles et de transhumance, tandis que plus de 8000 têtes de bétail volées ou égarées ont été restituées à leur propriétaire.

En outre, les médiateurs communautaires sont au cœur de la médiation de conventions locales pour améliorer durablement les mécanismes de gestion des ressources naturelles disputées. Fort(e)s de leurs expériences, les médiateurs dialoguent activement avec les autorités locales, nationales et le G5 Sahel pour esquisser des réformes structurelles ancrées dans les réalités et pratiques agro-pastorales.

Le projet contribue ainsi aux efforts de stabilisation du Sahel en rétablissant les mécanismes traditionnels de médiation permanente entre les communautés et touche aux tendances lourdes de la conflictualité que sont la pression démographique, l’instabilité climatique, la gouvernance des zones rurales, la gestion du nomadisme et la nécessaire inclusion culturelle, de genre et socio-économique dans les processus de gestion des conflits. 

Vous découvrirez aux liens suivants une présentation de notre action, à travers un film et une publication, et le parcours de six de nos médiatrices et médiateurs à travers nos cinq pays d’intervention.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible et améliorer les performances de notre site.
Pour plus d’informations, merci de consulter nos Mentions Légales.