Syrie

Présent en Syrie depuis que le conflit a éclaté en 2012, HD s’efforce d’instaurer un climat propice aux négociations de paix. Face à l’évolution constante et la complexité de la situation, l’organisation a dû sans cesse adapter son modus operandi identifiant les zones à risque et s’efforçant de prévenir une escalade des combats. HD a établi un réseau de contacts avec l’ensemble des parties au conflit, ainsi qu’auprès de la société civile et d’acteurs internationaux. Son but est de trouver des moyens efficaces et durables pour les belligérants d’apaiser la situation et de résoudre le conflit, y compris en soutenant les processus de paix internationaux officiels.

Historique

Depuis 2012, le conflit syrien a semé la mort et la destruction et entraîné le déplacement massif de populations. Ceux qui œuvrent pour trouver une solution négociée à cette guerre doivent s’adapter à des circonstances en perpétuelle évolution.

À la fin de l’année 2016, la coopération étroite entre la Russie, l’Iran et la Turquie, ainsi que la reprise d’Alep-Est par le gouvernement syrien et ses forces alliées, ont modifié considérablement la dynamique du conflit. En décembre 2016, ces trois pays se sont  entendus sur un cessez-le-feu couvrant la plupart des zones d’opérations du nord du pays (et excluant les groupes « listés comme terroristes »). Des arrangements plus officieux conclus entre la Jordanie et Damas ont également permis une diminution  des combats dans le sud.

Des accords locaux ont également été conclus entre le gouvernement syrien et certains groupes armés d’opposition. Ces ententes faisaient généralement suite à des bombardements massifs, accompagnés d’un refus de fournir une aide humanitaire aux populations prises au piège. Elles ont entraîné une reprise des zones concernées par le régime syrien ainsi que la reddition des combattants ou leur évacuation, avec leurs familles, vers d’autres territoires détenus par l’opposition.

L’année 2017 a été l’une des plus meurtrières depuis le début du conflit, en partie lié aux bombardements de la coalition internationale sur des zones occupées par les forces de l’État islamique (EI). Les groupes armés d’opposition ont perdu le contrôle de larges bandes de territoire, tombées aux mains de Damas et d’organisations extrémistes, tandis que les forces démocratiques syriennes, à majorité kurde, sont clairement apparues comme le vainqueur de la guerre contre l’EI.

Depuis la fin de l’année 2017, le conflit semble être entré dans une nouvelle phase. Les lignes de front s’étant stabilisées, c’est désormais la question de l’administration et de la gouvernance des territoires libérés du contrôle de l’EI qui se pose.

2017 a également vu la naissance de nouvelles initiatives visant à résoudre le conflit, avec des cycles de rencontres internationales et intra-syriennes organisés en Suisse (à Genève), au Kazakhstan (à Astana) et en Arabie saoudite (à Riyad). Les négociations d’Astana ont abouti à la création de zones de désescalade dans différentes régions du pays. Cependant, toutes les initiatives politiques, y compris le processus de paix de Genève mené par les Nations Unies, ont été rejetées par le gouvernement syrien. La plupart des tentatives visant à fournir une aide humanitaire aux populations durement affectées par les combats  se sont également soldées par un échec. Le nouveau rapport de force qui a émergé dans le pays pourrait tout aussi bien entraîner une escalade de plus dans le conflit qu’offrir une chance de le résoudre.

Activités

Depuis le début de son intervention en Syrie, HD travaille discrètement avec toutes les parties au conflit. L’organisation mène des recherches à l’intérieur du pays afin de mieux comprendre la dynamique du conflit, facilite des dialogues et des rencontres entre différents groupes, prépare les parties en vue des négociations, et maintient des voies de communication discrètes entre les acteurs syriens et internationaux. HD mène ces actions en toute indépendance, y compris vis-à-vis des Nations Unies, en cherchant à complémenter les processus de paix officiels.

En 2017, l’organisation a mis en œuvre plusieurs initiatives de dialogue afin d’instaurer des relations de confiance entre les parties prenantes, notamment les groupes armés d’opposition, les membres des délégations participant aux négociations d’Astana et de Genève, les membres du Haut Comité des négociations, les membres du gouvernement provisoire syrien et les acteurs internationaux. L’objectif de HD est de renforcer les capacités de chacun à participer de manière constructive aux pourparlers de paix officiels.

L’organisation a également poursuivi le dialogue avec plusieurs personnalités de la région afin de recueillir leur soutien en faveur d‘initiatives visant à désescalader le conflit syrien. HD a en outre poursuivi ses pourparlers avec le gouvernement syrien dans le but de trouver des moyens d’encourager le dialogue et les interactions entre ce dernier et  l’opposition syrienne. À mesure que la situation évolue, l’organisation continuera à coopérer avec l’ensemble des parties pour identifier des méthodes innovantes permettant de résoudre le conflit. 

Soutien financier

HD tient à exprimer sa reconnaissance à l’Union européenne, qui soutient ses activités en Syrie depuis juin 2013. L’organisation souhaite également remercier les gouvernements allemand, norvégien et suisse pour leur soutien actuel.