Médiation agro-pastorale au Sahel

Dans la région du Sahel, les conflits d’accès aux ressources naturelles opposant communautés nomades et sédentaires ne cessent de se multiplier le long des routes de transhumance. Rapidement instrumentalisés, ces micro-conflits nourrissent l’émergence de conflits armés intercommunautaires qui alimentent à leur tour l’insécurité régionale. Face au risque de militarisation croissante de ces conflits agro-pastoraux dans la région, HD appuie depuis 2015 des réseaux de médiateurs communautaires au profit de la résolution des conflits d’accès aux ressources naturelles.

Historique

Dans la région du Sahel, aux frontières de la Mauritanie, du Mali, du Burkina Faso, du Niger et du Tchad, les communautés pastorales vivent de l’exploitation de leur bétail. Leur survie dépend de leur capacité à se déplacer, de manière saisonnière ou au gré de la disponibilité des ressources naturelles, pour nourrir leurs troupeaux. Ce mode de vie nomade est aujourd’hui menacé par un double phénomène : la formation des Etats modernes fondée sur une citoyenneté sédentaire, et la raréfaction des ressources naturelles due à la pression démographique, à la désertification et à l’insécurité. Ignorées des stratégies de développement favorisant l’agriculture, exclues des services communautaires de base tels que l’éducation primaire ou la sécurité publique, les communautés nomades sont livrées à elles-mêmes. La résurgence des conflits armés dans la région, qui engendre insécurité, fermeture des frontières et perturbation des cycles de transhumance, n’a fait qu’accentuer la vulnérabilité de ces communautés. La compétition pour l’accès aux points d’eaux et aux pâturages opposant agriculteurs, pêcheurs et éleveurs sédentarisés aux communautés nomades s’est en outre politisée par le jeu des alliances avec des groupes armés rivaux.

Activités

Face au risque de militarisation croissante des conflits agro-pastoraux dans la région du Sahel, HD a entrepris en 2015, sur mandat des États malien, nigérien et burkinabé, une initiative de médiation entre communautés nomades et sédentaires dans la région frontalière entre les trois Etats.

C’est ainsi que HD a structuré et appuyé dix réseaux communautaires regroupant 321 médiateurs nomades, semi-nomades et sédentaires pour prévenir et gérer les conflits liés à l’exploitation des ressources naturelles. Pour y parvenir, HD a réactivé des pratiques traditionnelles de médiation en apportant aux communautés son expertise ainsi qu’un soutien méthodologique. Reconnus leaders par leur communauté d’origine, les 321 médiateurs œuvrent également au renforcement de la cohésion sociale et à l’assistance mutuelle entre les communautés partageant le même espace et les mêmes ressources naturelles. HD facilite par ailleurs des rencontres transfrontalières entre médiateurs vivant dans des communes situées de part et d’autre d’une même frontière et dont les communautés interagissent entre elles. L’ensemble de ces actions contribue à répondre à la crise de confiance qui fragilise la cohabitation intercommunautaire dans la région depuis le conflit malien de 2012.

Certains contenus ou fonctionnalités ne sont pas disponibles car ils sont incompatibles avec vos préférences de cookies!

Le service appelé « Google Youtube » utilise en effet des cookies qui sont désactivés. Pour avoir accès à ce contenu, merci d’activer les cookies : Cliquez ici pour modifier vos préférences de cookies.

En parallèle, HD facilite la médiation de conflits liés à l’accès aux ressources naturelles dont les enjeux, politisés du fait de la militarisation de la région, dépassent les capacités des médiateurs communautaires. HD s’appuie pour ce faire sur sa connaissance du terrain et ses réseaux auprès des autorités nationales des trois pays et des groupes armés. HD a ainsi facilité la médiation et la signature en mai 2016 d’un accord de paix entre la communauté Peulh nomade du Niger et la communauté Daoussahaq sédentaire du Mali, dont le conflit, ayant pour origine un différend dans l’utilisation d’un puisard, durait depuis plus de 30 ans. De même, en avril 2018, un accord de cessation des hostilités a été signé entre les communautés Daoussahaq (Tarbanassa et Ibhawan) et Imajgan (Targaitamout) de la région de Ménaka au nord du Mali. Le conflit qui les opposait contribuait à fragiliser la mise en œuvre de l’accord de mai 2016 préalablement cité.

Enfin, HD facilite également des espaces de dialogue sur les enjeux pastoraux entre les communautés agro-pastorales et les autorités concernées, qu’elles soient locales, nationales ou transnationales. La sécurisation du foncier rural, les législations relatives à la transhumance, le partage de l’accès aux points d’eau, le vol de bétails, mais aussi l’interdépendance des politiques agricoles et pastorales font notamment partie des sujets traités lors de ces rencontres.

Dès 2019, HD prévoit d’étendre son initiative de médiation agro-pastorale à la Mauritanie et au Tchad.

Soutien financier

HD remercie le Royaume du Danemark pour son soutien à ce projet depuis 2014 et le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’Union européenne pour son soutien depuis 2019.

Actualités

Accords et déclarations

Publications

Galleries vidéos

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible et améliorer les performances de notre site.
Pour plus d’informations, merci de consulter nos Mentions Légales.