Népal

En 1996, le Parti communiste du Népal (maoïste), ou PCN-M, a déclenché une « guerre populaire » contre l’État népalais qui a coûté la vie à plus de 13 000 personnes. Le conflit a pris fin en novembre 2006 avec la signature d’un accord de paix global entre le gouvernement népalais et le PCN-M. De 2000 à 2006, HD a travaillé à la résolution négociée de ce conflit. Pendant cette période, l’organisation a  collaboré avec les dirigeants de toutes les parties au conflit, notamment plusieurs gouvernements successifs, le PCN-M et le Palais royal.

Historique

L’engagement de HD au Népal a débuté en 2000 lorsque l’organisation est entrée pour la première fois en contact avec des représentants du Gouvernement de Sa Majesté le roi du Népal. Cette même année, HD a établi un contact confidentiel avec le PCN-M en vue de créer une voie de communication discrète entre les deux parties.

L’organisation a alors entrepris un travail de longue haleine pour trouver une solution négociée au conflit. Dans le cadre de cette initiative, HD a travaillé en étroite collaboration avec les dirigeants de toutes les parties, notamment les principaux partis politiques, le Palais royal, le PCN-M et quatre administrations gouvernementales successives. Suite l’instauration de l’état d’urgence dans le pays, le 1er février 2005, l’organisation a renforcé ses contacts avec l’ensemble des belligérants.

Activités

En 2001 et 2002, les collaborateurs de HD se sont rendus à plusieurs reprises au Népal et dans la région afin de rencontrer les représentants du PCN-M et du gouvernement du roi, et explorer des opportunités d’engager les belligérants. En réponse aux positions exprimées en privé par les dirigeants du PCN-M et les Premiers ministres népalais alors en exercice, HD a lancé, à deux occasions distinctes, les préparatifs pour l’organisation de réunions secrètes entre les parties. Malheureusement, dans les deux cas, les événements politiques survenus à Katmandou ont conspiré à faire échouer respectivement sept et huit mois de préparation et de délibérations confidentielles.

Suite à la déclaration d’un cessez-le-feu en janvier 2003 et l’amorce d’un deuxième cycle de négociations publiques, HD a apporté un soutien technique aux deux parties afin d’appuyer les discussions en cours. L’organisation a notamment soutenu la création de « secrétariats de coordination des pourparlers de paix » en appui aux activités de chacune des équipes de négociation.

HD a aussi travaillé en étroite coopération avec les quatre facilitateurs nationaux désignés pour superviser les pourparlers en leur fournissant un soutien technique et logistique pour la mise en place d’un siège et d’un bureau opérationnel dédiés à leurs activités à Katmandou.

Suite à l’échec des négociations en août 2003, HD s’est efforcé de convaincre les parties de renouer le dialogue. En 2004, l’organisation a ouvert une voie de dialogue confidentielle entre le Palais royal et les hauts dirigeants du PCN-M. À la demande de ces derniers, HD a lancé les préparatifs pour l’organisation d’une rencontre entre le roi Gyanendra et Pushpa Kamal Dahal (dit « Prachanda »), le chef du PCN-M. HD a régulièrement rencontré des représentants des deux camps pour préparer cette rencontre. Néanmoins, la détérioration progressive des relations entre eux a mis fin à cette initiative. Cette période s’est achevée avec la déclaration de l’état d’urgence par le roi Gyanendra, le 1er février 2005.

De 2005 jusqu’à la fin de 2006, HD a régulièrement adapté son approche en réponse à l’évolution de l’environnement politique. L’organisation a notamment rencontré les dirigeants des parties au conflit à plusieurs reprises s’efforçant d’identifier des opportunités de renouveler le dialogue entre elles. HD s’est également attaché à conserver le soutien politique des éléments non armés de la société népalaise et d’autres parties concernées.

En avril 2006, un soulèvement populaire a entraîné la fin de l’état d’urgence et le rétablissement du gouvernement. Le 21 novembre 2006, à l’issue de pourparlers de paix dirigés par ce dernier avec le PCN-M, les deux parties ont signé un accord de paix global mettant officiellement fin au conflit.

Le PCN-M a intégré le gouvernement provisoire en avril 2007 et, le 10 avril 2008, il a remporté une majorité de sièges lors de l’élection de l’Assemblée constituante. Lors de sa première session, le 28 mai 2008, l’Assemblée constituante a voté l’abolition de la monarchie et la proclamation de la république.

Accords et déclarations

Publications sur ce thème

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible et améliorer les performances de notre site.
Pour plus d’informations, merci de consulter nos Mentions Légales.