Médiation dans la région des trois frontières – Mali, Burkina Faso, Niger

Le soutien à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé en 2015, nécessite aujourd’hui de prendre en compte la dimension sous-régionale de la crise. Les Etats du Mali, du Niger et du Burkina Faso font en effet face aux mêmes problématiques sécuritaires. Afin de réduire les foyers de conflictualité dans leurs régions frontalières, HD a été mandaté en 2017 par les autorités nationales de ces trois Etats en qualité de médiateur entre ces derniers, les groupes armés circulant dans la zone frontalière et les communautés dont ces groupes sont originaires.

Contexte

Plusieurs groupes armés circulent le long de la bande frontalière poreuse qui sépare le Mali, le Niger et le Burkina Faso. Apparus au début des années 2010, ces groupes revendiquent, selon les cas, des liens avec les groupes armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali ou des djihadistes, ou encore une légitimité communautaire justifiant leur opposition aux Etats. En raison de la fragilité de ces derniers et de leurs armées, ainsi que la présence limitée des services publics dans les zones frontalières, les autorités nationales ne parviennent pas à contenir la violence armée et à répondre aux préoccupations des communautés. Alors que le tissu social s’est passablement dégradé depuis la dernière crise malienne de 2012, les groupes armés nourrissent les conflits inter‐ et intra‐ communautaires afin de défendre les intérêts de leurs communautés respectives tout en assurant leur propre survie. Le soutien à la pacification durable des zones frontalières entre les trois pays nécessite par conséquent de prendre en compte la dimension sous-régionale des tensions.

Activités

En 2017, les autorités nationales du Mali, du Niger et du Burkina Faso ont donc mandaté HD afin de réduire les foyers de tensions et la conflictualité dans la région transfrontalière entre les trois pays.

A cette fin, et dès août 2017, HD a mis en place un processus de médiation tripartite impliquant les groupes armés non-djihadistes et non-signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, les communautés porteuses de frustrations dont ces groupes armés sont originaires ainsi que les autorités des trois Etats. L’établissement de canaux de communication entre les différentes parties, par l’intermédiaire d’acteurs communautaires légitimes soutenus par HD, a permis l’identification de leurs griefs et de leurs objectifs en vue de la négociation de solutions consensuelles.

A la demande des parties, HD a ensuite facilité plusieurs processus de négociation politique afin de conclure des accords de cessation des hostilités entre certains groupes armés et les Etats, ainsi que des accords de paix entre communautés soutenus par les autorités. Un accord de paix entre les communautés peulh et dogon du cercle de Koro a notamment été signé en août 2018. Dans le cadre de ces médiations, HD a régulièrement consulté quelques 125 jeunes et femmes issus des régions d’intervention afin de recueillir leurs analyses du contexte sécuritaire et perceptions des parties aux conflits, mais également leurs propositions quant à de possibles solutions.

En parallèle, HD facilite également un dialogue entre les autorités des trois Etats afin de s’assurer que leurs efforts de gestion des conflits dans les régions frontalières soient complémentaires.

Cinq régions bénéficient actuellement de ces efforts de médiation : les régions de Mopti, de Gao et de Ménaka au Mali ; la région du Sahel au Burkina Faso ; et la région de Tillabéry au Niger.

Soutien financier

HD remercie le Canada pour son soutien depuis 2017 à ce projet de médiation.

Actualités

Accords et déclarations

Galerie de vidéos

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible et améliorer les performances de notre site.
Pour plus d’informations, merci de consulter nos Mentions Légales.