Médiation à Mopti et Ségou au Mali

Le déplacement de l’activisme djihadiste du Nord au Centre du Mali, l’absence de toute présence de l’Etat sur une partie du territoire malien, la présence de plus en plus forte de groupes d’auto-défense, la lutte pour les ressources naturelles ou encore la récession économique sont autant de facteurs qui ont précipité le Centre du Mali, en particulier les régions de Mopti et Ségou, dans une situation de crise depuis 2015. En réponse à cette dernière, et avec le soutien de la communauté internationale, le gouvernement malien pilote actuellement un plan de redéploiement de ses forces de sécurité et de ses services publics au Centre du pays. Conscient que le succès de la mise en œuvre de ce plan de stabilisation dépendra largement de son dialogue avec les communautés concernées, le gouvernement a mandaté HD pour œuvrer en qualité d’intermédiaire neutre.

Contexte

Alors que l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali de juin 2015 mettait un terme officiel au conflit Nord-Sud, une multitude de conflits éclataient dans le centre du pays. Avec la dégradation de la situation sécuritaire dans les régions de Mopti et de Ségou, l’administration publique malienne a progressivement déserté une grande partie de cette région. Prises entre le marteau et l’enclume, les communautés du Centre ont constitué des groupes d’autodéfense et scellé des alliances avec des groupes armés d’obédience gouvernementale comme djihadistes. Alerté par l’émergence d’un nouveau conflit, le gouvernement a élaboré en 2017 un ambitieux Plan de sécurisation intégrée des régions du Centre (PSIRC) visant à pacifier cette zone en réinstaurant la présence de l’Etat.

Activités

En 2018, en lien avec la mise en place du PSIRC, le Gouvernement malien a fait appel à HD afin que l’organisation intervienne en tant qu’intermédiaire neutre auprès des communautés. Sur la base de son expérience, HD a recommandé l’établissement d’un mécanisme permanent de dialogue entre les communautés et les autorités maliennes en amont et en l’aval du redéploiement des services publics. Ce mécanisme a pour objectif de faciliter une série de négociations sur la méthodologie du redéploiement afin que ce dernier réponde aux priorités identifiées par les communautés et évite de les exposer à des actes de représailles. À terme, le mécanisme de dialogue est également destiné à offrir un espace de médiation des différends entre le gouvernement et les citoyens relatifs au comportement des représentants de l’Etat.

Dans le cadre de cette initiative, 180 leaders ont été identifiés par les communautés pour représenter les intérêts de ces dernières auprès des autorités publiques. HD a ensuite recueilli les perceptions de ces communautés et des autorités sur les enjeux du redéploiement de l’Etat afin de préparer le dialogue entre les parties. Suite à ce travail préparatoire, des réunions de médiation sont actuellement organisées périodiquement afin de permettre aux parties d’échanger sur les enjeux sécuritaires, les problématiques prioritaires et les objectifs et contraintes de chacun. Ces rencontres ont également pour objectif l’élaboration consensuelle d’un calendrier pour le redéploiement de l’Etat, ainsi que la mise en place d’un mécanisme de prévention et de gestion des tensions opposant l’Etat et les communautés.

14 communes issues de sept cercles administratifs bénéficient actuellement de ces cadres de dialogue : les cercles de Mopti, Djenne, Tenenkou, Youwarou et Koro dans la région de Mopti ; et le cercle de Macina et la périphérie de Pelengana dans la région de Ségou.

Soutien financier

HD remercie le fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’Union européenne pour son soutien à ce projet de médiation depuis 2018.

Publications

We use cookies to guarantee the best experience and improve the performance of our website.
For more information, please see our Legal Mentions.