Burundi

En octobre 1999, suite à l’assassinat de deux membres du personnel des Nations Unies et de sept de leurs collègues burundais, M. Sergio Vieira de Mello, alors secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies, a demandé l’aide de HD pour établir un dialogue sur les questions humanitaires avec les groupes armés de l’opposition au Burundi. Le but de cette initiative était d’identifier des solutions avec toutes les parties au conflit afin de garantir l’accès et la sécurité du personnel humanitaire.

Activités

Triangle

Pour ce faire, HD a organisé un séminaire du 2 au 4 février 2000 à Genève, réunissant des commandants de terrain des groupes armés d’opposition actifs au Burundi, des membres du gouvernement burundais ainsi que des représentants de la communauté humanitaire internationale. Intitulée « Sécurité, accès et principes humanitaires au Burundi », la rencontre visait à :

  • offrir un forum inclusif permettant aux parties d’entamer un dialogue sur les problèmes humanitaires et d’aborder les questions fondamentales de la sécurité des travailleurs humanitaires et de leur accès aux populations en détresse ;
  • diffuser les principes humanitaires garantis par le droit international humanitaire, et notamment les obligations des combattants envers les populations civiles et les organisations humanitaires ;
  • fournir à la communauté humanitaire un forum lui permettant d’exposer clairement la nature de ses objectifs opérationnels au Burundi.

Les groupes représentés lors de la rencontre étaient soit des belligérants (factions rebelles et gouvernement burundais), soit des organisations (Nations Unies et ONG) se trouvant dans l’impossibilité de mener à bien leur mission humanitaire. Les commandants de terrain des différents groupes rebelles ont été sélectionnés pour leur capacité à influer sur les événements sur le terrain. Entrer en contact avec eux s’est révélé être un processus difficile, qui a nécessité beaucoup de temps et de nombreux déplacements dans toute l’Afrique de l’Est.

HD a tenu l’équipe des négociations de paix du Burundi (la Fondation Nyerere et dans un deuxième temps l’équipe Mandela) informée de toutes les phases de préparation et de tous les développements liés au séminaire. HD a également présenté aux deux équipes un exposé complet des résultats obtenus à l’issue de cette première rencontre. La tâche des trois groupes invités était de contribuer au dialogue humanitaire, notamment en formulant leurs griefs, en apportant des éclaircissements sur des questions controversées, ou en répondant aux questions des autres participants.

À l’issue de la rencontre, les trois parties se sont engagées à faire respecter les principes humanitaires et ont rédigé un « Document de travail » énonçant les principes définis et adoptés lors de la rencontre. Celui-ci a été considéré comme le premier d’une série de mesures destinées à instaurer la confiance dans le but de trouver des moyens concrets de garantir l’accès et la sécurité du personnel humanitaire au Burundi, et d’enseigner le droit international humanitaire, en particulier les aspects liés à la protection des civils et l’Etat de droit. Les trois parties ont affirmé l’importance et la nécessité de continuer le dialogue engagé à Genève. Cependant, malgré leur engagement à poursuivre ce processus, HD a finalement décidé en août 2000 de ne pas donner suite à cette initiative afin d’éviter de perturber les négociations politiques alors en cours à Arusha.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience possible et améliorer les performances de notre site.
Pour plus d’informations, merci de consulter nos Mentions Légales.
Certains contenus ou fonctionnalités ne sont pas disponibles car ils sont incompatibles avec vos préférences de cookies!

Le service appelé « %SERVICE_NAME% » utilise en effet des cookies qui sont désactivés. Pour avoir accès à ce contenu, merci d’activer les cookies : Cliquez ici pour modifier vos préférences de cookies.